Mes recettes

Salade fraîcheur à l’épeautre, aux courgettes et tomates

Salade fraîcheur à l'épeautreVotre marché pour 4 personnes : 200 g d’épeautre ; 1 courgette ; 2 tomates ; 40 g d’olives vertes de variété lucques ; 2 branches de persil plat ; 1 filet d’huile d’olive des Alpes de Haute-Provence ; sel et poivre du moulin.

On y va : faire tremper les grains d’épeautre dans 2 fois leur volume d’eau. Retirer les résidus remontés à la surface, puis rincer 2 fois. Verser l’épeautre rincé et égoutté dans une casserole avec 2 fois son volume d’eau. Porter à ébullition à feux doux. Laisser cuire 35 minutes. Stopper la cuisson, couvrir et laisser reposer 15 minutes. Laver et couper la courgette en cubes. Dans une petite casserole, faire chauffer l’huile d’olive et cuire les cubes de courgettes environ 10 minutes à feu doux. Laver, couper en quartiers et épépiner les tomates avant de les couper à nouveau en dés. Hacher les olives et le persil. Mélanger l’épeautre cuit avec les courgettes, les tomates crues, les olives et le persil. Saler, poivrer et servir la salade fraîcheur à l’épeautre à vos amis affamés.

Bonus : l’épeautre en grande forme.

Photo David Japy

Région

BIO. Afin de mieux connaître la consommation des Français par régions, Kantar Worldpanel a réalisé plusieurs études permettant de mettre en lumière les disparités régionales. Ces études démontrent que le Sud-Est est la région du bio avec une consommation de produits bio 18% supérieure au total France. L’étude assure que les magasins bio et primeurs sont fréquentés 75% de plus que dans les autres régions de France. Les habitudes de courses diffèrent elles aussi car le Sud-Est est une région où le poids des seniors est important (30% de plus que la moyenne nationale) ; cela influe sur la fréquence et les paniers d’achat :  les paniers sont plus petits mais le nombre d’actes d’achats est plus élevé. En d’autres termes, on dépense moins mais plus souvent et davantage dans les commerces de proximité et de bouche. Cela s’explique notamment par l’accès aux produits locaux, à portée de main dans cette région. Les études révèlent aussi la place importante des végétaux de substitution : ils sont 24% plus consommés dans le Sud-Est que dans le reste de l’Hexagone.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux