En direct du marché

A Lambesc, le chocolatier Mathieu Taborcia va installer son concept “bean to bar”

L’année 2016 a été heureuse, 2017 sera merveilleuse pour Mathieu Taborcia. Présenté comme la valeur montante du chocolat en région Provence, il est considéré sinon comme le meilleur, au moins comme l’une des plus belles signatures cacao des Bouches-du-Rhône. Jusqu’ici installé à Avignon, le jeune trentenaire a décidé de quitter le Vaucluse au profit du petit village de Lambesc, non loin de Salon, à une vingtaine de kilomètres d’Aix-en-Provence. “Je souhaite installer ici un atelier-boutique avec un lieu d’accueil et dégustation”, explique-t-il. Dans le droit fil de la tendance bean to bar, comprenez de la fève de cacao à la dégustation, Taborcia veut une adresse où le client pourrait assister à toute la chaîne de transformation, de la fève à la tablette, cumulant la rarissime casquette de theobrumeur à celle du chocolatier. “J’espère que nous pourrons ouvrir ce nouveau concept en mars 2017” lance tout sourire l’artisan qui assortira cette inauguration de la présentation de sa nouvelle collection.

Quand caramel rime avec exceptionnel
Pour l’heure, les caramels framboise et caramel vanille au beurre salé et fève de tonka râpée “pour intensifier les saveurs” figurent au firmament du goût. Pour compléter cette gamme de pâtes à tartiner, Taborcia a sorti en octobre dernier de nouvelles références à goûter absolument. “Le caramel poire poivrée est à base de poivre de Madagascar dit de Voatsiperifery, la texture grain de poire est préservée, l’épice réchauffe le palais” annonce le chocolatier passé maître dans l’art des assemblages. A tester aussi le caramel banane rhum diplomatico ambré du Venezuela et le caramel au fruit de la passion, séduisant par ses notes acidulées tempérées par une pointe de chocolat au lait et de fleur de sel. “Ce caramel passion est idéal pour faire mariner des gambas ou pour accompagner la cuisson d’un canard”. C’est sûr, on va beaucoup parler de Lambesc dans les mois prochains…

Le site et les collections de Mathieu Taborcia ici.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu, vite su

20… comme 20 ans Edouard Loubet fête ce 10 novembre les 20 ans de ses 2 étoiles au guide Michelin. Pour l’occasion, le maître de Capelongue a invité ses potes Juan Arbelaez et Christophe Aribert pour un dîner à 6 mains et 11 services qui donne le vertige (tartare de chevreuil et réduction de figues de Barbarie-caviar osciètre impérial et petites feuilles d’oseille en vinaigrette douce ; saint-jacques à cru, pommes vertes, chou-fleur et glace truffe ; sanglier confit dans un jus truffé, siphon d’agria, anguille fumée, cacao et café)… Il faudra un sacré coffre pour souffler les 20 bougies : comptez 280 € par personne, pour une jauge de 40 couverts. Infos ici.

Pierre Onde Pierre Onde au restaurant du Novotel Avignon centre Depuis le mois de juillet dernier, date de son arrivée, le jeune cuisinier de 37 ans conduit une brigade de 8 personnes avec l’ambition de hisser la table du Patio au meilleur niveau et l’espoir d’entrer dans les guides gastronomiques. Pour y parvenir, Pierre Onde a revu son panel de fournisseurs pour être au plus près des produits locaux et de saison (poissons de Méditerranée, agneaux des Alpilles, porcs du Ventoux et fruits et légumes du Vaucluse). Très influencé par les cuisines provençale et corse, Pierre Onde a repensé la carte en mode cuisine méditerranéenne et bistronomique. La carte des vins, elle aussi, est désormais très marquée par les grandes appellations de la vallée du Rhône. Fleurs de courgette farcies, thon snacké, gibier en automne… le chef, issu de l’école hôtelière d’Avignon a fait ses armes auprès des frères Jacques et Laurent Pourcel avant de rejoindre le Cloître Saint-Louis. L’année qui commence sera décisive. Restaurant le Patio, Novotel Avignon centre, 20, bd Saint Roch ; infos au 04 32 74 70 22.