Art de vivre

Les bonnes adresses marseillaises de… Didier Bertrand

Dans son bureau, des photos de paysages alpins majestueux, des rivières, de hauts sommets et des forêts de sapins que Didier Bertrand regarde pensif : « C’est ma montagne, même si je n’en suis pas originaire, c’est là que je me ressource » indique-t-il. A l’image du dieu Janus aux deux visages, Didier Bertrand regarde, d’un côté, cette nature apaisante et, de l’autre, cette ville dans laquelle il a toutes ses entrées. Fondateur et dirigeant actuel de l’Immobilière Le Marquis, fondée en 2007, rue Grignan, le président de la Fnaim Aix-Marseille-Provence, 2e représentation en importance du syndicat en France, Didier Bertrand pratique ce qu’il professe : « Je sors beaucoup et depuis toujours car sortir c’est rencontrer, aller à la découverte, se faire bousculer. J’aime bien manger, le beau, le bon et le bien fait » sourit-il avec malice.

didier bertrandBonnes tables en 3 catégories

L’ambassadeur du club M de la ville de Marseille et de Massilia Mundi s’est amusé à classifier ses bonnes tables en catégories : parmi les classiques il a rangé le Julien (rue Paradis), le Café de la Banque d’Arnaud Lafargue (bd Paul-Peytral), chez Etienne au Panier, les Arcenaulx, Pepe Maulio et chez Aldo. « Mais je fréquente beaucoup le Lauracée, chez Péron et la Cantinetta », ajoute-t-il en consultant ses fiches soigneusement préparées.

« Selon moi, un bon entrepreneur doit sortir de son entreprise pour se confronter au réel et éviter toute consanguinité. Si l’on vit en autarcie dans son métier, son entreprise, son réseau professionnel on finit par s’étioler car le monde bouge en permanence » assure Didier Bertrand qui annonce : « Parmi les contemporains, j’aime bien citer Ouréa, le restaurant de Julien Diaz Saisons, les tables éphémères de Jogging, Madame Jeanne chez Maison Buon et Lacaille à la Plaine« .

Zappant d’un style à l’autre, d’une découverte à une table consacrée, Didier et Chantal Bertrand son épouse, confessent aussi une certaine inclination pour les étoilés de la ville parmi lesquels AM-Alexandre Mazzia, une Table, au Sud de Ludovic et Karine Turac, l’Epuisette de Guillaume Sourrieu et la Villa Madie des Droisneau. « Dans cet inventaire il y a comme un équilibre entre le solide, la référence et la curiosité, la touche contemporaine, la créativité qui dérange ou surprend » analyse Didier Bertrand par ailleurs membre du bureau de l’Observatoire immobilier de Provence.

Et puis, il y a toutes ces adresses proches de leur agence que les Bertrand fréquentent avec assiduité : « On va chez Chicoulon car ils débordent de gentillesse, c’est une cuisine inventive, juste, de produits… Des professionnels très humains. On va aussi chez Piou pour leurs produits régionaux, leurs sandwiches et desserts, ce qu’ils font est beau et bien. On va aussi très régulièrement à la Boutique du Glacier parce que c’est sans défaut, toujours juste et puis il y a la coupe de champagne servie au bar du Beauvau, les cocktails délicieux chez Gaspard et puis, et puis… » Citant Héraclite, « Rien n’est permanent sauf le changement », Didier Bertrand invite à s’engager : « Par l’engagement, nous changeons le regard que les gens portent sur nous. le collectif est en perte de vitesse, il faut penser à la communauté »… Justement, et si on parlait de tout ça à table ?

Immobilière le Marquis, 52, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 91 13 77 77 et www.immobiliere-lemarquis.fr

A propos de l'auteur

le grand pastis

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Bon à savoir

 L’olive dans tous les sens ! La 3e édtion de la fête de la Gastronomie de Marseille se déroule le 22 septembre de 9h à 17h, à la découverte d’un des éléments fondateurs de la culture et de la gastronomie en Méditerranée.
De nombreux producteurs, des artisans, des cuisiniers, des auteurs… partageront leur passion pour l’olive. Des animations gratuites et ouvertes à tous permettront de découvrir les multiples bienfaits de ce fruit précieux et ses déclinaisons en cuisine, en littérature ou en cosmétique.
Les restaurateurs du quartier mettront aussi les petits plats dans les grands pour célébrer la gastronomie et mettre en avant leurs savoir-faire et accueil.

Matinées vendanges au domaine de Fontenille tous les vendredis, samedis et dimanches du 14 septembre au dimanche 07 octobre inclus ainsi que le lundi 8, mardi 9 et mercredi 10 octobre. Le domaine de Fontenille ouvre ses portes pour des matinées vendanges de 8h à 10h30, au programme : balade dans le vignoble, vendange d’un bout de parcelle, visite de cave avec dégustations des jus directement à la cuve, puis casse-croûte du vigneron dans les vignes. Sur réservation (45 € par personne et 15€ pour les enfants). Infos au 04 13 98 00 70 et 06 23 85 87 53.

A lire

wahid Le Best of Sylvestre Wahid Avec 2 étoiles à l’Oustau de Baumanière, 2 étoiles au Strato à Courchevel, 2 étoiles Chez Sylvestre Wahid à Paris… Sylvestre Wahid est à 43 ans une figure montante de la gastronomie française. Sa cuisine « sans sel, sans gras, sans sucres ajoutés » a fait son succès partout dans le monde. Homme de passion, il consacre son temps libre à cueillir des ingrédients sauvages et à cuisiner à quatre mains avec des chefs qui partagent sa vision du monde. Formé aux côtés de Thierry Marx et d’Alain Ducasse, le projet de Sylvestre Wahid vise à revisiter la cuisine traditionnelle française en donnant de la mémoire à l’éphémère. Ses plats signatures ? La variation autour de la betterave cuite en croûte de sel-brioche-foie gras et truffe noire, le caneton laqué aux épices-radicchio et croûte d’agrumes-poivre Sansho… Des plats au « goût simple et direct ».
Best of Sylvestre Wahid, chez Ducasse Ed., 116 pages, prix de vente : 14 €.